L'économie de la Réunion

L'économie de la Réunion aujourd'hui

L'île de La Réunion, à la fois région et département française d'outre-mer, compte une population de 800 000 habitants pour un PIB annuel de 8,9 milliards d'euros en 2001, générant le pouvoir d'achat par habitant le plus élevé de tout l’Océan Indien.

Le PIB de la région a crû à un rythme rapide entre 1993 et 2002, nettement plus vite que le PIB de l’ensemble de la France. La croissance moyenne annuelle s’est établie, en volume, à 4,3 % contre 2,3 % pour la France.

L'économie de la Réunion

L'économie réunionnaise est caractérisée par un secteur primaire dominé par la culture de la canne à sucre, fortement subventionnée, un secteur secondaire dont la principale valeur ajoutée est fournie par l'industrie agroalimentaire, et un secteur tertiaire devenu principal employeur de l'île (services administratifs et marchands).

L’économie réunionnaise est une économie fortement tertiaire. Le secteur primaire n’est plus qu’à l’origine de 2 % de cette valeur ajoutée, contre 3,2 % en 1997. Les secteurs traditionnels (agriculture, filière sucrière) et les services administrés perdent du poids dans la structure de la valeur ajoutée. Les services marchands (services aux entreprises, hôtels-restaurants, services aux particuliers) et l’industrie ont connu, entre 1993 et 2002, une croissance de leur valeur ajoutée plus rapide que le PIB. L’économie réunionnaise se transforme.

L'île bénéficie de toutes les infrastructures portuaires, aéroportuaires, routières et de télécommunications de niveau européen, ce qui la place au premier rang dans la zone en matière d'équipement.

Secteurs d'activités économiques de la Réunion Taux de croissance de la Réunion

Atouts géo-stratégiques de La Réunion

  • La proximité géographique, les liens historiques et culturels avec les autres pays de la zone, permet une participation dynamique au sein d’institutions telles que la COI (Commission de l’Océan Indien), l’IOR (Indian Ocean Rim) ou la SADC (Southern African Development Community).
  • L’Europe au cœur de l’Océan Indien : l’île bénéficie du statut de région ultrapériphérique de l’Europe, ce qui lui permet de bénéficier d’avantages économiques exceptionnels :
    • l’accès à un marché de 380 millions de consommateurs européens,
    • l’appartenance à la zone de libre-échange France / Afrique du Sud,
    • un label de fabrication européen,
    • une stabilité politique et juridique,
    • une garantie de stabilité monétaire de l’Euro.

Infrastructures de La Réunion

La réunion est forte d’infrastructures performantes avec notamment deux aéroports internationaux (plus de 1,5 million de passagers), et une plate-forme portuaire d’éclatement dans l’Océan Indien (3,5 millions de tonnes de marchandises par an).

Elle compte également des équipements ultra-modernes en matière de soins avec un réseau de plus de 20 hôpitaux et cliniques, éligibles aux standards européens.

Infrastructures de la Réunion

Avec plus de 30 000 entreprises dont 12 000 dans les services, et 10 000 dans le commerce, La réunion se place comme un département dynamique et innovant.

Une nouvelle dynamique économique

  • La relance de l’investissement public à travers le lancement de grands chantiers utiles
  • Le développement endogène de l’île à travers le soutien renforcé aux secteurs économiques stratégiques créateurs d’emplois. En 2011, plus de 204 millions d’euros seront injectés dans l’économie réunionnaise par la Région Réunion.

Relance de l’investissement public

3 grands chantiers pour 2 Milliards d’€ dès 2011 :

Le Transport Public Réunionnais – Le Trans Éco Express 
250 millions d’€ dont 14 millions sur 2011

Développer un maillage complet de transports en commun du territoire réunionnais. La mise en œuvre du Trans Eco Express se traduira en 2011 par l’engagement du marché d’études, de maîtrise d’œuvre et des premiers travaux de TCSP.

Le Trans Éco Express La Réunion

 La nouvelle route du Littoral 
1,6 Milliard d’€ dont 70 millions sur 2011

Avec plus de 50 000 véhicules, la route du Littoral actuelle, trop soumise aux aléas naturels, constitue néanmoins un axe routier majeur pour assurer la liaison entre le nord et l’ouest de l’île.
Le budget alloué à la nouvelle route du Littoral pour 2011 servira à assurer à la fois la conduite des procédures réglementaires et l’engagement d’un appel d’offres pour le choix d’un maître d’œuvre.

Route du Littoral de la Réunion

Les Plateformes aéroportuaires 
350 Millions d’€

La société aéroportuaire sera mise en place à la mi-2011. Elle aura pour mission la stratégie globale de développement des infrastructures aéroportuaires de La Réunion, fondée sur la complémentarité et la coopération entre l’aéroport de Pierrefonds et celui de Roland Garros (Saint-Denis - Gillot).

Plateforme aéroportuaire de la Réunion

Développement renforcé aux secteurs stratégiques

On observe une véritable dynamique de création : sur les 12 derniers mois,  7 730 entreprises nouvelles (+20 %). La priorité va cependant être donnée à certains secteurs stratégiques dans le cadre du plan opérationnel 2011.

Tourisme et ouverture à l’international

l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco en Aout 2010 permettra d’attirer 600 000 touristes par an à La Réunion à l’horizon 2015. Le tourisme est érigé « priorité Régionale 2010 –2014. »
Actuellement, avec 420 000 touristes par an et un CA de 305 M€, La Réunion présente un potentiel de croissance de +40 % dans les prochaines années.

Valorisation des sites touristiques : 18,7 Millions d’€

  • Nouvelle signalétique des sites le long de la route des Tamarins,
  • 2 300 emplois verts (programme ravines, sentiers et sites touristiques),
  • Valorisation du littoral,
  • Structuration/facilitation de l’accès au site du volcan.

Amélioration des infrastructures hôtelières et portuaires

  • Programme de certification et labellisation touristique,
  • Développement des 2 aéroports : 350 Millions d’€,
  • Aide au secteur hôtelier : jusqu’à 3 Millions d’€ par hôtel,
  • Aide au secteur de la restauration : jusqu’à 100 000 € par restaurant,
  • Aide aux activités dans les zones rurales : jusqu’à 150 000 € par projet.
Tourisme La Réunion

Exemple : Actuellement 12 projets (Hôtels, activités de loisirs, écomusée) sont en cours d’instruction sur la base des nouveaux dispositifs - 45 millions d’€ d’investissement - 600 nouvelles chambres.

Communication internationale pour la promotion de La Réunion

  • Partenariat avec des compagnies aériennes (09/2010),
  • Accord de coopération avec les Seychelles et ile Maurice,
  • Accord de coopération avec l’Australie (11/2010).

Les nouvelles technologies, la recherche & l’innovation

Dotée de sérieux atouts avec :

  • De fortes capacités satellitaires depuis l’arrivée d’Eutelsat W2,
  • Le réseau SAFE (South Africa Far East, haut débit de l’Afrique du Sud jusqu’à la Malaisie).

Un niveau de formation élevé :

  • D’importantes capacités de recherche et développement,
  • Un secteur universitaire pluridisciplinaire de haut niveau.

L’agroalimentaire : l’aquaculture et la pêche

Avec de formidables ressources océaniques (2,7 millions de km² de ZEE « Zones Economiques Exclusives »), et une renommée dans des techniques de pêche industrielle, la pêche à La Réunion est un facteur de développement ambitieux :

  • Le Centre des eaux douces (6,8 M€) :
    Un projet scientifique & pédagogique avec une véritable dimension touristique.
Aquaculture à la Réunion
  • Le pôle régional mer (6.5 M€) :
    Le Pôle Régional Mer permettra de regrouper tous les acteurs scientifiques et techniques intervenant dans le domaine marin, et de les fédérer autour de programmes de recherches communs.
    Les acteurs concernés : IFREMER IRD (Institut de Recherche par le Développement), L’Université, L’ARDA (Association Réunionnaise pour le Développement de l’Aquaculture) L’ARVAM (Association pour la Recherche et la Valorisation Marine ) BRGM (Bureau de Recherche Géologiques et Minières).
     
  • Le développement de l'aquaculture du crabe (le Tilapia)
    et exportation de son savoir faire dans les pays de la zone océan indien. La production mondiale est estimée à 2 millions de tonnes avec une croissance annuelle de 10 à 12 % par an, ce qui place le tilapia parmi les espèces les plus élevées en aquaculture.

L’énergie : une production autonome

  • Fiabilité de production via plusieurs centrales,
  • Développement des énergies alternatives (transformation des résidus de canne à sucre en électricité après combustion, énergie solaire),
  • Les énergies renouvelables (Gerri 2030).
L’énergie à la Réunion